Place for archiving, researching and transmitting born in 1994 that explores Land Art both in historical, critical and prospective perspective. It is aimed at “an audience as wide as possible” (Gerry Schum)
Founder/director: Marc de Verneuil (architect, critic)

Lieu d'archivage, de recherche et de transmission né en 1994 qui explore le Land Art dans une perspective aussi bien historique, critique que prospective. Il s’adresse à «un public le plus large possible» (Gerry Schum)
Fondateur/directeur: Marc de Verneuil (architecte, critique
)

in memoriam Yann Le Guennec (1968-2014)






samedi 15 octobre 2011

Où est Le Rocher ? | Where's The Rock?

Le Rocher et la carte :161 kilomètres entre Riverside et le LACMA.
Rockmap: 100 miles from Riverside to LACMA (source : Zev's Blog)

Article original publié le 13 oct. 2011 sur le blog de Zev Yaroslavsky, superviseur du Comté de Los Angeles, 3e district. Traduction française : OBSART (merci à Christian Mayeur et Patrick Villedieu pour leur relecture).

Read the original
Scroll down for unedited photos...

Nous vous invitons à lire la traduction française de cet article qui fait un point complet sur les nombreuses difficultés qu'ont rencontrés les personnes impliquées dans la préparation de Levitated Mass, la plus grande des œuvres de Michael Heizer jamais créée en milieu urbain et bientôt installée au LACMA. Ce texte inédit permettra — à tout ceux qui ont attendu en vain notre action transatlantique annoncée début septembre — de comprendre les raisons pour lesquelles nous avons maintes fois reporté la date de démarrage du petit dumper de Régis Perray. Et pour cause, celle-ci était tributaire du déplacement du gigantesque trailer de Michael Heizer qui n'a toujours pas démarré. Mais aujourd'hui, la date du 25 octobre est annoncée par voies officielles et il semble bien que celle-ci soit la bonne. On ose l'espérer...

_________________________________________________________________________
Où est Le Rocher ? [mise à jour]
Where’s The Rock? [updated]
Posté 13/10/11 | Posted 10/13/11, updated 10/25/11 
Mise à jour 25/10/11 (après la photo, à la fin de ce texte)

Depuis des mois, les amateurs d'art de Los Angeles se sont préparés à l'arrivée du rocher de 340 tonnes qui sera la pièce maitresse de la nouvelle installation gigantesque de Michael Heizer au Los Angeles County Museum of Art (LACMA).
For months, Los Angeles art fans have anticipated the arrival of the 340-ton boulder that will be the centerpiece of Michael Heizer’s massive new installation at the Los Angeles County Museum of Art. 
« The Rock » [NDRL : Le Rocher], c’est ainsi que ses anges gardiens en sont venus à appeler l’énorme bloc de granite, était censé rouler vers Los Angeles en août, à partir de la carrière de Riverside où, depuis 2005, il a attendu patiemment. Cette lente odyssée, sur le plateau d'un camion spécial, devrait être presque aussi épique que l'œuvre d'art, quand elle sera enfin achevée.
The Rock, as its minders have come to call the massive hunk of granite, was supposed to roll to Los Angeles in August from the Riverside-area quarry where, since 2005, it has been patiently waiting. The slow-speed odyssey, on the bed of a special truck, is expected to be almost as epic as the artwork, when it is finally completed.
A présent, après plusieurs faux départs et beaucoup de spéculations, un itinéraire a été finalisé (voir la carte) et Le Rocher a une nouvelle date de départ — le 25 octobre, selon Miranda Carroll, directrice des communications du LACMA, et la société basée à Portland qui orchestre le déplacement, Emmert International.
Alors, qu’attendait-on ?

« Eh bien, » plaisante Carroll, citant le Vice-président associé John Bowsher du LACMA, « on ne peut pas bousculer l'art »

L'explication plus approfondie fait apparaitre que ce n'est pas facile de transporter un énorme morceau de pierre de la taille d'une larme de granite de 2 étages de haut, sur plus de 100 miles [160 kilomètres] de voies urbaines, bravant les contraintes bureaucratiques de quatre comtés et de plus d'une demi-douzaine de municipalités.

Rien que l’assemblage du transporteur a pris beaucoup de temps. Construit sur mesure en fonction des dimensions du Rocher, l’engin spécial en 2 parties, dont le profil segmenté a été comparé à une chenille, a dû être assemblé à la carrière, où les équipes chargées du déplacement l’ont testé et retesté.
Emmert est spécialisé dans le transport de bâtiments, de transformateurs électriques, de satellites et autres objets énormes, mais contrairement à un équipement, Le Rocher ne peut pas être recoupé en plusieurs éléments ou être facilement attaché.

Son poids, associé à son système de transport, atteindra 1.210.300 de livres [environ 548 982 kilos], dit Mark Albrecht, directeur des opérations chez Emmert. Et parce que ce n'est pas un simple rocher mais la composante d’une œuvre d’art, il doit arriver intact au LACMA — sans aucune fissure, ni égratignure.

Alors une partie du temps a été consacrée à l'élaboration du système complexe de pneumatiques et d’essieux du transporteur afin que Le Rocher soit sécurisé et le poids réparti lui aussi en toute sécurité. Albrecht dit que chaque essieu transportera environ 49 000 livres [22 226 kilos], soit moins que la charge répartie pour une semi-remorque standard, et Le Rocher sera placé délicatement sur un tissu spécial au dessus de ceux-ci.

« La chose est tombée d'une falaise de 400 pieds [122 mètres] quand ils l’ont fait sauter dans la carrière, donc je ne pense pas que nous puissions lui faire du mal », plaisante Albrecht. « Mais nous la manipulons encore avec ménagement »

Albrecht dit qu'empêcher Le Rocher de se prendre dans les feux de circulations et les fils suspendus à faible hauteur avait été une vaste entreprise. Lui et ses équipes ont eu à se coordonner avec près de 100 services publics dans de multiples juridictions pour relever les lignes électriques, enlever des arbres et venir à bout d'autres obstacles en dehors de la trajectoire du Rocher quand il se déplace.
« Verizon ont à eux seuls six ou sept secteurs différents », dit Albrecht. « Les entreprises de télécommunication ont chacune un bouquet. Et elles ne communiquent pas très bien entre elles »

Le calendrier a également augmenté le degré de difficulté, dit Albrecht, en soulignant que ce déplacement est en réalité considéré comme un travail d’orfèvre dans l’industrie des gros transporteurs. Les pépins sont inévitables ; la bureaucratie est lente. Déjà, dit-il, le trajet a été ajusté à trois reprises afin d'éviter les routes et les ponts qui se sont avérés être plus fragiles que prévu.
« Lorsque vous déplacez quelque chose d’aussi gros, vous avez généralement un an ou un an et demi de délai de préparation pour l’obtention des permis, mais nous n’étions au courant du projet qu’en avril », dit Albrecht.

La plus récente difficulté a été une contrainte, permanente à Los Angeles — le stationnement. Le Rocher ne peut voyager que lentement et la nuit. Le voyage nécessitera huit arrêts d'une journée complète dans huit juridictions. « Le problème est le suivant : où garez-vous quelque chose d’aussi long, d’aussi grand et d’aussi lourd ? » demande Carroll du LACMA.

Les stationnements habituels, il n’en est pas question, dit Albrecht, le transporteur est si large et surbaissé que les manœuvres d’entrée et de sortie prendrait six heures à elles seules. Lesquelles, à leur tour, pourraient anéantir la coordination réglée dans les moindres détails avec les services publics dont les câblages seront remis en place et remplacés tandis que Le Rocher avancera.

« Le tracé que nous avons ne peut pas changer », dit Albrecht, indiquant que plusieurs ponts et viaducs autoroutiers ont maintenant réduit la trajectoire à une seule option. Et la sécurité est un enjeu — le fait de se garer augmente aussi le risque que des vandales puissent accéder à la précieuse cargaison.

Donc, pour toutes les pauses à l’exception d’une (à Pomona, un parc engravillonné sera son premier arrêt), Le Rocher doit être garé quelque part où le terrain est vaste, plat, accessible aux véhicules, facile à surveiller et difficile d'accès aux humains. En d'autres termes, dit Albrecht, Le Rocher doit se garer au milieu de la chaussée.

Quatre juridictions (Pomona, Rowland Heights, West Carson et la ville de Los Angeles) ont donné leur feu vert pour une perturbation d'une journée à chaque endroit. Mais Albrecht dit que des responsables locaux ont exprimé des réserves dans les quatre autres.

Ainsi le défi de cette semaine était de persuader Chino Hills, La Mirada, Lakewood et Long Beach que le trafic aux heures de pointe pourrait être régulé à l’approche d’un rocher, d’un camion de 20 pieds de large [6 mètres], une escorte de 8 à 10 hommes de la CHP [California Highway Patrol] et d’une équipe de régulation, dit Albrecht:

« Tout ce dont nous avons besoin, c'est que quelqu'un nous dise : «D’accord, on va autoriser cela, à titre exceptionnel» » 

Dès jeudi, les villes étaient pour la plupart partantes, et Albrecht était optimiste quant à l’arrivée du Rocher à l’endroit prévu, sur la Pelouse Nord du Pavillon Resnick, à temps pour l’inauguration de l'installation planifiée pour novembre.

Là, Le Rocher sera placé au-dessus de la tranchée en béton de 456 pieds de long [environ 139 mètres. NDLR: calculés à partir de 456 et non 465 pieds comme cela est écris sur l'article original] qui constitue l'autre moitié de l'œuvre. La tranchée à moitié construite sera terminée, et quand l'œuvre d'art, appelée Levitated Mass, sera enfin achevée, les spectateurs seront en mesure de marcher dans la tranchée et de passer sous le bloc rocheux — une expérience qui donnera l'impression que Le Rocher flotte en l’air.

Le coût du projet, 5 à 10 millions de dollars en incluant le transport, sera supporté par des sociétés donatrices, comme Hanjin Shipping, et des donateurs privés, y compris un certain nombre de membres du Conseil du musée. L'expérience devrait être extraordinaire lorsque Le Rocher arrivera finalement ici.

Le délai estimé pour son arrivée nous amène au 4 novembre, quelques heures avant le lever du soleil. Du moins, c'est le plan pour l'instant.


Photo : Deborah Vankin

_________________________________________________________________________
Mise à jour 
Updated
Posté 25/10/11 | Posted 10/25/11
 
Newton ne plaisantait pas avec ces histoires d'objet au repos ne voulant pas bouger. La date du déplacement du Rocher a été encore déplacée. 
Newton wasn’t kidding with that stuff about an object at rest wanting to stay put. The Rock’s moving date has been moved again.
Au moment même où une date ferme avait été arrêtée pour que le rocher faisant partie de Levitated Mass de Michael Heizer soit déplacé depuis sa carrière de Riverside, ces difficultés de stationnement avec les différentes villes situées sur le parcours ont refait surface la semaine dernière. 
« Nous l'avons repoussé d'au moins une semaine pour l'instant », explique Mark Albrecht de Emmert International, le convoyeur du poids-lourd gérant le déplacement pour le LACMA. Points d'achoppement de cette semaine: Lakewood et Diamond Bar.

Les villes rechignent à recevoir une charge si importante sur leurs routes, dit Albrecht, mais le seul itinéraire possible vers le musée est celui qui a déjà été élaboré. Il dit que les villes n'ont pas à s'inquiéter, la route est largement assez solide pour supporter le chargement, mais la délivrance des permis est en cours de négociation en un temps très réduit par rapport à celui nécessaire habituellement pour organiser un déplacement aussi important et complexe.

Les pourparlers se poursuivent, avec d'autres réunions prévues pour cette semaine. En espérant que toutes les personnes impliquées ne ressemblent pas à ces enfants terribles au moment d'Halloween.

Traduction © OBSART, 2011. Tous droits réservés.
 _________________________________________________________________________
340 grammes déplacés during Levitated Mass by Michael Heizer 
une action transatlantique | a transatlantic action

1 commentaire:

  1. "Le déplacement devrait maintenant commencer le 2 ou 3 novembre, dit-il [Mark Albrecht, Emmert International]. Le semi-remorque parcourra environ 22,5 kilomètres par jour, à une vitesse de 5 a 10 km/h, entre 23 h et 5 h du matin"

    "The move is now expected to begin Nov. 2 or 3, he said [Mark Albrecht, Emmert International]. The trailer will travel about 14 miles per day, going 3 to 6 mph, between 11 p.m. and 5 a.m."

    (Janet Zimmerman, The Press-Enterprise, Oct. 21, 20:40)

    RépondreSupprimer