Place for archiving, researching and transmitting born in 1994 that explores Land Art both in historical, critical and prospective perspective. It is aimed at “an audience as wide as possible” (Gerry Schum)
Founder/director: Marc de Verneuil (architect, critic)

Lieu d'archivage, de recherche et de transmission né en 1994 qui explore le Land Art dans une perspective aussi bien historique, critique que prospective. Il s’adresse à «un public le plus large possible» (Gerry Schum)
Fondateur/directeur: Marc de Verneuil (architecte, critique
)







lundi 9 janvier 2012

Boulder Art

Broken Circle (detail), Emmen, Holland.
Photo: OBSART, 15/08/09



You were aware of  Michael Heizer’s 340-ton boulder that the company Emmert International is about to move from the Stone Valley Quarry (Riverside, Calif.) to LACMA, the largest art museum in the western United States located in the heart of Los Angeles.
But you may have forgotten the one Robert Smithson discovered during the making of his Broken Circle/Spiral Hill (Summer 1971), in a sand quarry in Emmen (Holland), that he never succeeded in getting it to be moved despite its “low” weight: a few tens of tons “only”. 
This moraine-block even became his “dark spot of Exasperation”, confessed the American artist. Let’s wager that it will not be the same to Michael Heizer–who should be not so far from the “E-Point,” given the incessant postponements stopping the completion of Levitated Mass. And let’s add the public, waiting for nearly six months the arrival of the giant monolith. 
The situation is almost comical. Indeed, while his erstwhile friend Robert Smithson dreamed of the disappearance of this unforeseen boulder in 1971, Michael Heizer probably dreams of only one thing 40 years after : that his lovely rock to be finally installed atop the 456-foot long trench awaiting on the North Lawn of the Resnick Pavilion on the LACMA, and meet one’s (never)end... 
In the end, both pioneers of the Great Western meet here. One almost forget the differences they have experienced in the past, at the heroic time of Land Art’s emergence, finding themselves now, but behind their back, in a common “site/non-site” situation (or rather rock/non-rock) where the negative waves seem to heading the field!

Vous connaissiez le rocher de 340 tonnes de Michael Heizer que la société Emmert International s'apprête à déplacer de la carrière de Stone Valley (Riverside, Californie) jusqu'au LACMA – le plus grand musée d’art de l’Ouest des Etats-Unis, situé en plein cœur de Los Angeles. 
Mais vous avez peut-être oublié celui que Robert Smithson a découvert, lors de la réalisation de son Broken Circle/Spiral Hill (été 1971) dans une carrière de sable à Emmen (Pays-Bas), et qu’il n'a jamais réussi à faire déplacer malgré son « faible » poids : quelques dizaines de tonnes « seulement ». 
Ce bloc morainique est même devenu, de l’aveu de l’artiste américain, son « point noir d'Exaspération ». Gageons qu'il n'en sera pas de même pour Michael Heizer – qui ne doit plus être très loin du « point E » compte tenu des incessants reports de calendrier empêchant la finalisation de Levitated Mass – et on peut ajouter le public qui attend depuis près de six mois l’arrivée du gigantesque monolithe. 
La situation est plutôt cocasse. En effet, tandis que son ami de naguère, Robert Smithson, rêvait en 1971 de voir disparaitre ce rocher qu’il n’avait pas prévu dans ses plans, Michael Heizer, lui, ne rêve probablement plus que d’une chose 40 ans après : que son joli rocher soit enfin installé au-dessus de la tranchée de 140 m qui l’attend, sur la pelouse Nord du Pavillon Resnick du LACMA, et qu’il y reste pour l’éternité...
Mais finalement, les deux pionniers du grand Ouest se rejoignent ici. On en oublierait presque les différends qu'ils ont connus jadis, à l’époque héroïque de l’émergence du Land Art, les deux artistes se retrouvant à présent, mais bien à leur insu, dans une situation partagée « site/non-site » (ou plutôt rock/non-rock) où les ondes « négatives » semblent vouloir tenir le haut du pavé !


Video, Broken Circle/Spiral Hill [1971 - 2011]
Broken Circle.nl
James Cohan Gallery (PDF)
Land Art Contemporary
SKOR | Foundation for Art and Public Domain
OBSART 

LOUVRE | Land Art & Cinéma (27.01.12)
 

Read also (bilingue)
Stonehenge, Levitated Mass (-5000, 2012)
Immobile Rock
Ends of the Earth | Aux confins de la terre

_________________________________________________________________________
340 grammes déplacés during Levitated Mass by Michael Heizer 

2 commentaires:

  1. Très discutable ce genre de projet gigantesque. Cela se comprenait dans les années 70, ça se comprends beaucoup moins maintenant. On a calculé le bilan carbon de cet affaire? Je pense que ce genre de manifestation est complètement "has been". À l'heure actuel il est peut être plus d'avant garde de pratiquer un art "recyclable" responsable au niveau écologique. Dans les cadre des manifestations s'inscrivant dans le cadre du "Land art" je préfère de loin le travail des artistes comma Goldsworthy et Long: un minimum de moyens pour poser les bonnes questions, contrairement à Heizer qui semble privilégier la formule +=+

    RépondreSupprimer
  2. N'oublions pas que Richarg Long prend de gros avion pour aller faire ses voyages autour du monde, et ce depuis plus de 40 ans. Tout ceci est à notre sens un faux débat. Heizer travail sur le très long terme, ce n'est pas faute de l'avoir dit et redit. Son bilan carbone est microbien à l'échelle de la vie de l'univers... Et c'est bien d'échelle et de temps, en plus de masse, dont il est question dans son œuvre, et ce depuis la fin des années 60. Il y aurait les bonnes questions et les mauvaises questions ? Attendons de voir comment Doug Pray, dans le film documentaire, intitulé CRITICAL MASS, qu'il est en train de préparer sur le déplacement du rocher envisagera toutes ces questions. Il n'est pas du genre à faire dans le consensuel, ça risque d'être fort intéressant. Quant au bilan carbone, il ne nous semble pas vraiment être le sujet ici. Si on veut vraiment creuser (sans mauvais jeu de mot) celui-ci, mieux vaudrait se tourner vers d'autres domaines de compétences que ceux propres au monde de l'art. Heizer et surtout Smithson se sont très tôt intéressés au sujet, et il est profondément injuste de leur jeter la pierre aujourd'hui, quarante ans après, en élevant Goldsworthy et Long au rang de Saints. Il y aurait les gentils environnementalistes contre les méchants earthworkers ? Quid des milliards de mètres cubes de béton coulé dans nos villes pour réaliser des projets qui sont souvent refait et refait encore ? C'est un peu court, et les vrais problèmes écologiques sont de toute façon bien ailleurs, on les connait : pollution des nappes, sur abondance de mal-bouffe dans les pays riches, pesticides, extinction des abeilles, OGM, toujours les mêmes famines dans les pays pauvres, développement frénétique de la consommation électrique mondiale (...) et, in fine, absence totale de vision à long terme. Mettre en perspective des pratiques artistiques différentes, c'est intéressant ; mais mettre dos à dos des artistes majeurs qui ont beaucoup apporté à l'histoire de l'art et marqué tant d'artistes d'aujourd'hui (à commencer par Régis Perray) cela ne nous parait pas particulièrement constructif. Propos somme toute négatif, mais qui finalement ressemble à une "ruine à l'envers", pour reprendre les mots de Smithson. Toujours lui.

    RépondreSupprimer